AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (belly) lowkey, no pressure

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
rising moon

Métier/études : en dernière année de business management, la dernière ligne droite avant le choix fatidique
J'aime : les gens
Merci à : whovian

MessageSujet: (belly) lowkey, no pressure   Mer 24 Oct - 23:13

Le martèlement rapide et régulier de ses semelles contre le goudron des routes aux alentours de Brown a toujours été rassurant. Felix n'aime pas courir en cercle comme un cheval de cirque, il faut qu'il voit du paysage, alors ce matin, il a fait un tour qu'il n'a jamais fait. Il arrive encore à découvrir des choses à Providence, même après quatre ans passés à y étudier. Il finit sa course au stade de football américain après une heure de respiration maîtrisée et de douleur négligée. Le sport n'est rien sans un peu de souffrance, juste assez pour se laisser l'impression de s'être surpassé lorsqu'arrive la fin. Il passe une dizaine de minutes à s'étirer au milieu de l'immense rectangle de verdure qui paraît si vide, la musique à fond dans les oreillettes. Il regarde son bracelet intelligent, sa performance a été plutôt bonne, mais il n'a pas encore retrouvé la forme de l'année d'avant. Avec les soucis qu'il a eu l'été précédent, il a un peu mis le sport de côté, alors s'il veut rester dans l'équipe de football, il ferait mieux de remonter en selle, et vite. Pour l'instant il s'accroche, mais il ne sait pas s'il sera accepté, maintenant qu'il a tourné le dos aux Chapins. Il espère simplement que le coach ne décidera pas que le gallois est devenu un élément perturbateur pour l'équipe. Il n'a fait que dire la vérité, le jour où il a claqué la porte du hall, et il ne reviendra pas sur les mots qu'il a employés, car ils étaient justes et précis.

Il lève le regard vers les estrades, pensif. C'est alors qu'il aperçoit une silhouette, isolée comme lui. Poussé par la curiosité, il s'approche pour mieux voir de qui il s'agit. C'est alors qu'il la reconnaît. Malgré lui, les commissures de ses lèvres s'étirent alors qu'il l'observe quelques secondes, plongée dans son livre comme si rien d'autre que ces pages remplies de mots n'existait. Il saute par dessus la barrière et engloutit les immenses marches où des centaines de personnes s'assoient les soirs de match. Mais ce matin-là, il n'y a que Billy et Felix, Felix et Billy, seuls au milieu du néant. La distance qui les sépare se réduit, et en félin, il se glisse à ses côtés sur le banc. Le grand gamin qu'il est espère parvenir à la faire sursauter. « Watcha readin'? » demande-t-il, un sourcil levé, un air malicieux mais clairement intéressé sur le visage. Il doit être tout collant de sueur mais il ne semble pas s'en faire pour autant. Billy est là, et c'est tout ce qui compte. Sa journée vient de s'illuminer, juste comme ça. C'est là toute la magie de cette fille.


Dernière édition par Felix Glendower le Sam 27 Oct - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
golden sun

Métier/études : 4e année de littérature (écriture créative)
Situation Amoureuse : mariée au déni, est-ce-que ça répond bien à la question?
J'aime : ses sourires, quand ils découpent presque tout le visage et pour ce qui est du reste, elle n'est sûre de rien
Merci à : killer from a gang (ava), bat'phanie, reggsys (profil)

à propos -
Relations:

MessageSujet: Re: (belly) lowkey, no pressure   Jeu 25 Oct - 11:53

Il attend, son livre, légèrement incliné sur le banc, inévitablement: La couverture brillante, le petit mot du libraire sur un post-it, les larmes presque s’en échappant comme une injustice, où était-elle, dévoreuse de livres? Encore l’équipement sur le dos, Billy tire sur son maillot et le jette plus loin. « C’mon don’t stare at me, I’m gonna read you! » Les deux mains sur la figure, des restes de couleurs usées - la fatigue de l’entraînement, tout lui implore de s’effondrer là, elle s’est levée seule, avec les dégradés pantouflards de Brown haut dans le ciel entre orange et violet. - Billy aimait la compagnie du silence, en ce moment, c’était sans doute parce que le campus commençait à se réveiller avec ses élans brutaux. Le matériel de crosse à ses pieds, elle laissait redescendre les feus allumés dans son corps. Au fond des gradins elle pouvait imaginer le prochain match sans problème et même secouer les mains frénétiquement quand les joueurs imaginaires sautaient de joie au bout de l’océan de pelouse, La Osborn ne tenait jamais longtemps en place.

Sauf avec la bonne histoire entre les mains.
Billy sort un ruban rouge pétant de sa poche, il dégouline sur ses doigts quand elle le déplie et le coince entre ses phalanges, attrapant ses cheveux dans un geste automatique, comme si elle avait fait ça toute sa vie, tend le tissu et le noue. Une minute s’écoule, elle ne regarde rien en particulier et le livre, prêt à lui tomber dessus, sa belle enclume est à quelques centimètres - mais ça fait plusieurs semaines déjà qu’elle l’évite. - Billy l’attrape, y cale son index, appuie avec son pouce sur la première page, l’odeur de neuf allume son regard, elle voudrait sourire, rien qu’à voir les premiers mots, les notes de la maison d’édition. Trop tard, elle est dedans, cinq pages, dix pages, vingt de plus et elle cherchera à trouver des phrases invisibles entre les paragraphes. « Jesus fucking Christ! » La voix de Billy éclate dans l’espace couvert, elle se tient la bouche, retient un rire incontrôlable, ses yeux suivant ceux de l’intrus, l’accent de Felix Glendower fond et il brille par endroits, au visage. « Are you following me, Sir? ‘Cause I have to tell you right away, it’s punished by law. It is. » Billy attrape mécaniquement le bouquin resté sur ses genoux et le met derrière eux, elle aurait répondu d’une seule traite, si ça avait pas été celui offert par Felix et dont le titre lui échappait là tout de suite.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
rising moon

Métier/études : en dernière année de business management, la dernière ligne droite avant le choix fatidique
J'aime : les gens
Merci à : whovian

MessageSujet: Re: (belly) lowkey, no pressure   Sam 27 Oct - 19:12

« Please, you can call me Felix. » répond-il avec un clin d’œil. Les choses se passent exactement comme il l'avait prévu. Il se sent comme un méchant de navet, à deux doigts de laisser échapper un rire ridiculement machiavélique. Elle l'accuse de le suivre et il pose une main sur sa poitrine, les sourcils haussés. « Me? I would never. » Mensonge, il la suivrait jusqu'au bout du monde si ça ne tenait qu'à lui. Qu'elle lui raconte les histoires qu'elle a lues dans les pages, ou mieux celles qu'elle a dans la tête, pendant qu'ils visitent des endroits inimaginables. Malheureusement, les choses ne tiennent rarement qu'à lui ces derniers temps. Felix ne s'en plaint pas, mais il a tendance à choisir les chemins qui plaisent plus aux autres qu'à lui-même. Il serait peut-être temps d'apprendre à s'écouter, mais le gallois ne s'en sent pas capable. Pourtant il devra accepter, tôt ou tard, qu'il ne peut pas faire plaisir à tout le monde à la fois. Cette idée semble encore étrangère à son psyché, comme un OVNI dans son ciel nuageux.

Il suit du regard le livre qu'elle retire de ses genoux, et croit reconnaître la couverture. « Hey, isn't that the book I gave you? Is it good? » Lui qui met rarement les pieds dans une librairie, il avait été très incertain quant à son choix, et sans Hernando pour l'épauler, il aurait pris un bouquin au hasard et ne l'aurait jamais offert de peur de vivre la honte de sa vie. Le libraire a été d'une très grande aide, une fois que Felix s'est remis du choc de le retrouver à Providence. Comme si sa vie n'avait pas pu devenir encore plus compliquée qu'elle ne l'était déjà. A croire que quelqu'un là-haut s'acharnait sur lui. Maintenant il voit ça d'un regard presque amusé, mais à l'époque ça ne l'a pas fait rire du tout. Il faut dire que c'était loin d'être la joie dans sa vie. Même si désormais, ça va un peu mieux, du moins c'est ce qu'il se dit. Mais avec Billy dans les parages, c'est plus facile d'y croire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
golden sun

Métier/études : 4e année de littérature (écriture créative)
Situation Amoureuse : mariée au déni, est-ce-que ça répond bien à la question?
J'aime : ses sourires, quand ils découpent presque tout le visage et pour ce qui est du reste, elle n'est sûre de rien
Merci à : killer from a gang (ava), bat'phanie, reggsys (profil)

à propos -
Relations:

MessageSujet: Re: (belly) lowkey, no pressure   Dim 28 Oct - 18:46


« You’re such a dork sometimes. » Tête qui se secoue doucement, elle tente de ravaler son sourire sans succès, il coule comme il le fait à chaque fois que Felix s’avance, beaucoup trop sur les joues quitte à tirer par endroits - Felix prend de l’espace facilement et s’il pouvait remplir toute la surface, il le ferait, ce n’est pas la blonde qui l’en empêcherait. - « Yeah- Yeah, that’s the one. Perdus quelque part dans le temps? » Elle garde les doigts sur les bords du livre et quand elle les trace, le papier revient contre sa peau, son français terrible lui tourne dans le crâne. « I mean, it’s translated from French, but the English title is such an abomination I get it, Star-Crossed Space Travelers was a commercial hit- See it’s wrong ‘cause it’s not just about romance, it’s two wanderers... Lost in space and experiences... Lost in Time you’d say, and they keep fighting aliens and saving natives it’s such a- Sorry, I got carried away. How are you? Went for a run, are you training to take over Broadway already? »  Parler à Felix c’était reprendre le fil d’une conversation déjà bien entamée et voir le décor changer dans les détails, quelques millimètres plus proche que le jour d’avant. A le suivre il traversait déjà le temps, plus vite que les voyageurs du livre, parfois Billy profitait de l’image de Felix, un bain de soleil dans un visage et dans une voix, ça et l’élan qu’il avait l’air de donner naturellement aux gens, qu’en partie elle se sentait incapable de partager mais qui prenait la moitié de son corps et le confondait à un idéal, il suffisait à Billy de tendre les mains pour l’atteindre, ça, elle le savait. « Actually, I had to give something to you too. You’re not close enough tho’. »

Parfois des nuages se découpaient derrière Felix, et pour un peu, entrapercevoir son sourire suffisait à se dire que c’était passager, la météo change, après tout. Un saut au coeur qui prenait Billy, lui urgeait presque de le saisir par les bras, de le ramener, l’impression que s’il savait exister à travers les chansons qu’elle écoutait, il était aussi, inévitablement présent dans sa vie, maintenant.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
rising moon

Métier/études : en dernière année de business management, la dernière ligne droite avant le choix fatidique
J'aime : les gens
Merci à : whovian

MessageSujet: Re: (belly) lowkey, no pressure   Sam 3 Nov - 17:22

Le regard s'accroche au traits de Billy et Felix loupe la moitié des détails qu'elle lui prodigue sur le bouquin, son cerveau bien trop occupé à détailler ce visage qu'il finira bien par connaître par coeur. C'est toujours l'expression des gens passionnés qui l'attire comme un papillon vers la lumière. Que ce soit les mecs au pub en train de parler des derniers matchs, ou les professeurs qui se perdent dans des détails inutiles mais croustillants, il y a dans leurs yeux cette étincelle, cette envie de partager quelque chose qui leur tient à coeur. Elle s'arrête, un peu trop brusquement à son goût, il aurait pu rester là à l'écouter parler et à regarder les nuages encore une heure ou deux. « Sounds great, hope they make a live-action about it some day, so I don't have to actually learn to read. » Felix est toujours le public le plus réceptif à son propre humour, car qui rirait sinon? « I'm great thanks, I did pretty well this morning actually. Just trying to take over the football team for now. Small steps, Billy, small steps are the key. » Ne pas se projeter trop loin, car le futur est sombre et incertain. Pourtant il faudra bien se jeter dans la gueule du loup, tôt ou tard.

Entre les lignes, Billy demande un rapprochement, et Felix ne se fait pas prier. Son visage se fend d'un sourire en coin. Il se glisse un peu plus à ses côtés et passe son bras par dessus les épaules de la Goddard. « How's that now? Are you enjoying my manly scent? » Il peut encore sentir la pellicule de sueur sur sa peau, et il sait qu'il y a plus glamour, mais s'il peut embêter un peu Billy, il ne va pas rechigner sur l'occasion. Surtout quand il peut en profiter pour l'avoir un moment contre lui. Etrange comme il a changé en si peu de temps, comme il est passé du stéréotype du sportif sans attache à quelque chose de plus naturel, de moins superficiel. Il a encore du mal à s'habituer à ce nouveau comportement, à ces envies venues d'ailleurs. A-t-il toujours été comme ça, au fond? Combien de temps a-t-il passé à se mentir à lui-même? Billy c'est un peu son garde-fou, celle qui lui a rappelé qu'il est Felix qui se rêve à Broadway, pas celui qui joue au foot pour se donner un semblant de réputation. Ou était-elle, pendant tout ce temps? Est-ce que ça a de l'importance? Elle est là maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
golden sun

Métier/études : 4e année de littérature (écriture créative)
Situation Amoureuse : mariée au déni, est-ce-que ça répond bien à la question?
J'aime : ses sourires, quand ils découpent presque tout le visage et pour ce qui est du reste, elle n'est sûre de rien
Merci à : killer from a gang (ava), bat'phanie, reggsys (profil)

à propos -
Relations:

MessageSujet: Re: (belly) lowkey, no pressure   Sam 3 Nov - 23:50


Voilà une théorie: il y aura toujours des écrivains pour une raison aussi simple que la transmission du savoir, si un jour la planète explose, quelqu’un aura enfoncé une capsule si profond dans la terre qu’avec un peu de chance, des bouts de rien resteront ancrés dans les mémoires. Mais d’ici-là, si Billy n’a pas retrouvé l’inspiration, ni écrit le roman du siècle, voire du millénaire, elle aura au moins le refuge que sont les gradins du stade. - Les grandes zones d’ombre qui écrasent le visage et soulagent les joues bouillantes, le tissu contre les jambes où courent des fourmis, les grandes marées de pelouse où pourraient nager les athlètes. -
Elle peut continuer à voir au travers du rayon des petites heures, histoire de se faire aveugler, Billy.  

« As a matter of fact... Yes. Kinda. Is it weird? » Il sent presque acide, comme le sel des larmes sur les côtés de la bouche, en train de dégringoler des joues de fatigue et qui passent dans le creux de la peau. Les doigts de Billy fondent dans sa poche, elle s’est tournée, l’autre main contre son front pour y voir quelque chose, c’est que le soleil l’agresse comme pour l’éliminer ou lui faire un reproche. Une chaîne trop fine et argentée passe entre l’index et le pouce de la blonde au grand sourire, chaîne qui très franchement pourrait se briser mais se noue autour du cou du gallois, elle sortirait presque la langue de sa bouche pour l’attacher si elle n’était pas du genre à avoir essayé de l’accrocher cinq fois pour s’entraîner. Au cas où. « Alright so i couldn’t find a Hunchback pendant but I could find bells which is cool, have you ever looked for Hunchback pendants on google? Nightmare. And the B. Well the B ain’t for Billy it’s for Broadway. ‘Cause you’re a Broadway person, got it? »

_________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Billy Osborn le Dim 25 Nov - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
rising moon

Métier/études : en dernière année de business management, la dernière ligne droite avant le choix fatidique
J'aime : les gens
Merci à : whovian

MessageSujet: Re: (belly) lowkey, no pressure   Dim 25 Nov - 14:44


« Yes, it is weird, Billy Osborn. » Un mec ça pue, c'est tout. Surtout après avoir épuisé son corps à courir sans s'arrêter, loin de tout entendement. Parfois il se demande pourquoi il se donne autant de mal, puis après il se rappelle qu'il devient aussi fou qu'un lion en cage lorsqu'il n'a pas fait d'exercice depuis plus de quatre jours. C'est donc pour son bien mais surtout pour le bien des autres, car il se montre rapidement insupportable lorsqu'il n'a pas pu se dépenser, un peu à l'image d'un chien trop énergique quand on ne le sort pas assez. Ses camarades lui disent souvent d'aller faire un tour et c'est comme ça qu'il comprend qu'il faut qu'il agisse sur son état.

Sous le soleil matinal, quelque chose luit entre les doigts fins de Billy, attire l'attention du gallois. Il la laisse glisser le bijou autour de son cou et n'ose piper mot de peur de briser quelque chose dans ce moment qui lui semble d'une fragilité incommensurable. Enfin, il se tortille un peu pour pouvoir voir les pendentifs du mieux qu'il le peut, pendant que Billy les décrit à sa manière. Il les repose contre sa poitrine avec délicatesse, sourit doucement et lève les yeux vers la blonde, visiblement touché par l'attention. Cette nuit-là était très particulière pour eux deux, il se surprend souvent à y repenser, à souhaiter pouvoir y retourner. Il a l'impression que ses soucis étaient bien moindres, alors. C'est comme si cela faisait une éternité, pourtant ça s'est produit seulement quelques mois en arrière. Etrange comme le temps s'étire et se tord. « What if I want the B to be for Billy? Is it against the rules? » Comme s'il y avait des règles pour ce genre de choses. Felix ne veut simplement pas effacer la signification que Billy a donné à son cadeau contre sa volonté. Il la ramène un peu plus contre lui et dépose un baiser plein d'affection (et de sueur) sur sa joue. « Thank you Billy, I love it. You are spoiling me. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
golden sun

Métier/études : 4e année de littérature (écriture créative)
Situation Amoureuse : mariée au déni, est-ce-que ça répond bien à la question?
J'aime : ses sourires, quand ils découpent presque tout le visage et pour ce qui est du reste, elle n'est sûre de rien
Merci à : killer from a gang (ava), bat'phanie, reggsys (profil)

à propos -
Relations:

MessageSujet: Re: (belly) lowkey, no pressure   Dim 25 Nov - 19:45

Perdre Billy avait été une expérience bizarre, il s’était sûrement traîné quelque part dans la poussière avant de disparaître, et il lui avait laissé un surnom collant et affectueux, et Billy se portait très bien. Elle avait pleuré pendant une semaine, mais en définitive ça n’avait été qu’une semaine. Parce que dans cette maison, les plafonds étaient trop haut pour que les femmes chargées de l’entretenir ne s’attardent sur une peluche et l’objet, au fur et à mesure avait perdu de sa valeur, et plus personne ne lui demandait si elle l’avait retrouvé, parce que à quoi bon? Ce n’était qu’un objet. 



Le collier était encore froid quand Felix s’est mis à parler et elle n’était pas encore revenue, pas tout à fait, pas encore pris ce recul non plus où elle savait jouer de prudence. Et elle se surpris à repenser à la bestiole en tissu perdue quelque part dans les salles froides de la résidence Osborn, à son âge ça paraissait absurde. Que ces parcelles énormes de sa vie, comme ce qu’elle ressentait pour Glendower paraissaient tout autant fragiles que la prise qu’elle pouvait avoir sur l’ami d’enfance imaginaire, l’avoir lâché, l’avoir perdu. Maintenant c’était une apostrophe récurrente - son propre nom. - Elle était au courant, que ces fils facilement défaits avaient leur importance malgré leur finesse, et que beaucoup de gens les sous estimaient, les balayaient vite, ce qu’elle faisait à longueur de temps, quand elle décidait de suivre sa majorité, en se rappelant que petite on lui disait: C’est rien du tout Billy, sachant pourtant très bien qu’elle refuserait de retirer la chaîne du cou de Felix, même si il le lui demandait sérieusement, en ayant jamais dit ce qu’il venait de dire. « No it’s not... » Faible articulation, elle ne parle pas fort du tout. Pour Billy il n’y avait pas de doute que les règles étaient à transgresser quand il s’agissait de lui, et s’ils se regardaient encore elle le lui aurait dit mais il avait collé un baiser sur sa figure et elle avait fait la moitié d’un sourire, et d’une grimace. « You deserved it, you deserve a title, like Boyfriend of the year or something.- You also a need a shower. No offense. »

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (belly) lowkey, no pressure   

Revenir en haut Aller en bas
 
(belly) lowkey, no pressure
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» debutante dans la transformation du lait besoin d'aide
» Temps de présure
» Du chevre affiné,nature,et aux fines herbes sans presure.
» Fabrication de fromage cheddar
» Nouveau clear flo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: campus de brown :: erickson complex-
Sauter vers: